Fleur de Souliers | Clémence Nerbusson
61
page,page-id-61,page-child,parent-pageid-254,page-template,page-template-template-page-full_width,page-template-template-page-full_width-php,ajax_fade,page_not_loaded,,select-child-theme-ver-1.0.0,select-theme-ver-1.5.1,smooth_scroll,wpb-js-composer js-comp-ver-4.11.2.1,vc_responsive
 

Clémence Nerbusson

Titulaire du diplôme de « Médiation Culturelle » à l’Université Sorbonne Nouvelle de Paris en 2009, Clémence Nerbusson se destine à travailler dans le domaine de la culture. Quelques mois dans ce milieu professionnel la convainquent de changer d’orientation professionnelle et de se diriger vers un métier manuel.

Ce sera le cuir et la chaussure. Titulaire en 2011 d’un CAP de cordonnier-bottier auprès de Joël Petier, elle a une première expérience dans le métier dans une entreprise de fabrication de chaussures orthopédiques. En juin 2012, elle crée sa propre entreprise« Fleur de Souliers ».

 

« Les règles et les techniques de fabrication sont des facteurs limitants de la créativité, mais elles sont autant de défis pour concevoir un objet à la fois confortable, durable, esthétique et original ! Passionnée par les plantes, j’ai voulu les intégrer à mon travail. Leurs couleurs, leurs formes, leur noms m’inspirent. Mes chaussures sont colorées, je propose des camaïeux, des contrastes… J’aime y intégrer des cuirs fantaisie avec des motifs fleuris ou abstraits. Je travaille l’asymétrie, le mouvement dans les formes allié à des lignes plus graphiques, contemporaines. Tous les modèles sont baptisés d’un nom de plante.

Parler de Fleur de Souliers, c’est aussi parler de la fleur de cuir, d’une démarche qualitative dans le choix de mes matériaux, dans mon processus de fabrication : des cuirs tannés avec des extraits végétaux dans le Pays Basque pour la semelle et les talons, des veaux ou des vachettes que je sélectionne pour les doublures et les dessus.

Je cherche à fabriquer des chaussures à la fois élégantes et personnalisables mais aussi adaptées pour marcher, courir, danser…« 

 

 

 

Clémence Nerbusson

Photo : Jean-Christophe Laforge